Hygiène de vie

Un jour, je suis née.

C’était il y a plus de 40 ans (1972 : génération X).

Le monde dans lequel je me suis construite était différent de celui d’aujourd’hui. Tout allait moins vite, tout n’était pas tourné vers la consommation et la surconsommation, tout ne semblait pas être décousu de sens. L’humain était encore un peu « protégé » et il y avait encore du respect. Respect des hommes entre eux, de l’humain mais aussi respect de notre Terre et des autres espèces.

Le monde tournait encore à peu près rond.

Aujourd’hui, j’ai tellement l’impression que les chansons de Mickey 3D prennent pied dans la réalité, que ce que je vais laisser à mes enfants et petits-enfants ne sera peut-être pas vivable, que nous courons nous-même à notre perte, qu’il faut que je bouge enfin !

Cela fait plusieurs années que j’essaie de changer – changer de mode de vie, d’alimentation… – sans résultats car trop de tâtonnements, trop de perte de temps pour mettre au point des solutions, trop de divergences de consignes, trop d’excuses (réelles ou fausses) pour ne pas concrétiser. Trop de tout. Et beaucoup de rien surtout.

Maintenant, il est temps, plus que temps, de tout reconsidérer, de tout remettre à plat !

Le XXe siècle a été le siècle du SIDA.
Le XXIe siècle a été dit le siècle de la maladie mentale (2001), du cancer, du mal de dos et récemment de la malbouffe.

Oui, pour le moment il est comme ça.
On voit ce que cela donne avec les récents événements, les attentats, les tueries sans raison, les suicides, le pessimisme, l’obésité…
Ce siècle sera peut-être le siècle de l’extinction humaine. L’homme se tuant lui-même à petit feu.

Il faut changer cette réalité et faire du XXIe siècle le siècle de la reprise en main des humains face à leur avenir.
Faire en sorte que l’homme réalise qu’il ne peut être dirigé par une poignée d’individus sans scrupules, faire en sorte que l’homme réapprenne à penser par lui-même, à discerner ce qui est bon ou pas pour lui, faire en sorte que l’homme retrouve sa vraie place sur notre planète et dans l’Univers, faire en sorte que l’homme réalise qu’il fait partie d’un tout (oui, oui ! même les sceptiques vont devoir s’y mettre et croire à un monde vivant) et que toutes ses actions ont des incidences autour de lui.

Ce changement est encore possible quand on voit la jeunesse (les générations Y et Z, Millennials), la diminution du trou dans la couche d’ozone et la volonté, de plus en plus palpable, des individus à revenir à d’autres valeurs.

Pour ce faire, il faut évidemment que chacun, à son niveau, fasse des modifications dans sa façon d’être, de penser et de consommer.

Nous sommes sur le bon chemin. Prenons plus d’assurance, marchons plus assurés.

Chaque individu est le résultat d’une génétique, d’une histoire, d’un environnement.
Chaque individu est susceptible de modifier ses facteurs internes et externes, de s’adapter, d’évoluer.

Il y a tant d’individus, il y a tant de facteurs à prendre en compte que c’est à chacun de prendre du recul pour savoir ce qui est bien pour lui au niveau personnel et collectif aussi.
Le personnel ne pouvant pas se dissocier du collectif car toute action personnelle entraine une réaction sur le collectif.

 

Dans ce dossier « hygiène de vie », je vais passer en détails ce que je crois être bon pour moi et pour ma famille tant que mes enfants seront sous mon toit.

Bonne lecture!